Vaches à lait… et même à plastique

28 janvier 2019 | Science

Lancée il y a quatre ans, une entreprise a mis au point un matériau 100 % soluble et d’origine naturelle en utilisant des résidus de lait impropre à la consommation. Peu connue ou freinée en France, cette innovation reflète en tout cas ce qu’une « collaboration » homme/animal peut avoir de bon.

Novembre 2018, Indonésie. Un cachalot est retrouvé mort dans l’une des grandes réserves marines du pays, le parc de Wakatobi. Lors de l’autopsie, les vétérinaires constatent que son estomac contient plus de six kilos de plastique ! 115 verres et gobelets, bouteilles, sacs, bâches et même des tongs.

Et cette vidéo virale, postée il y a quelques années, d’une tortue marine dont on extrait une paille de la narine… Ce sont les cruelles images d’un véritable fléau : le plastique rejeté dans les eaux. En 2050, on peut même s’attendre à ce qu’il y ait autant de plastiques que de poissons dans les océans, selon une étude de la fondation Ellen McArthur portée par la célèbre navigatrice. Une start-up française détiendrait-elle une partie de la solution ?

Tout commence en 2004 lorsque Frédéric Prochazka, chercheur à l’université de Saint-Etienne, étudie la possibilité d’une matière qui n’aurait aucun impact sur l’environnement. Ses travaux le conduisent à la caséine, une protéine présente dans le lait. Il parvient à créer un thermoplastique non pas issu du pétrole, mais bien de ce produit naturel ! Autrement dit, une matière plastique hydrosoluble et biodégradable : plongée dans l’eau, elle disparaît peu à peu. Le chercheur dépose le brevet en 2010. Avec Marie-Hélène Gramatikoff, plasturgiste, ils décident de développer et commercialiser cette innovation. Lactips est officiellement créée en 2014.

Il vous reste 92 % de cet article à lire

Cet article est en effet réservé aux seuls abonnés

Déjà abonné ? Connectez-vous

Découvrez Esopelia
pour seulement 1 € le premier mois !

puis 4,90 €/mois sans engagement

Je m'abonne

Premier média en ligne consacré à la vie et à la culture animales

Découvrez Esopelia pour seulement 1 € le premier mois ! puis 4,90 €/mois sans engagement

Share This